Marquer les ombres

IMG_20171012_171759_902

Je connaissais [ma raison de continuer] : il y avait une faim en moi, depuis toujours. Elle était plus forte que la douleur, et continuait à me ronger même quand tout le reste en moi avait renoncé. Ce n’était pas de l’espoir ; ça ne me portait pas ; ça rampait, ça me tirait en s’accrochant avec des griffes, sans me laisser le choix.

Et lorsque je cherchai finalement à le nommer, je m’aperçus que c’était quelque chose de très simple : le désir de vivre.

Veronica Roth. Publié en 2017. 480 pages. Science-fiction

La note

♥♥♥♥♥

La critique

N’étant pas une super fan de Veronica Roth (j’ai eu un peu de mal avec Divergente), j’ai franchement hésité avant de me procurer ce livre, surtout face à la polémique qu’il semble susciter, sur laquelle je reviens plus bas. Et, heureusement, Marquer les ombres se révèle être une très bonne surprise !

Commençons par le positif, notamment sur les personnages. C’est surtout leur évolution que j’ai beaucoup apprécié, chacun étant confronté à une culture bien différente de celle de leur origine : ils partent tous avec des préjugés, et j’ai apprécié le fait que ces préjugés s’effacent au fil des pages ! Deux cultures qui apprennent à mieux se connaître, c’est très intéressant à observer.

Et c’est là que, pour beaucoup, l’auteur fait preuve de racisme. Histoire que vous compreniez, je vous présente les deux peuples : d’un côté les Shotet, sauvages et violents, de l’autre les Thuvhé, plus pacifiques. Si je vous dis, en plus, que les Shotet ont une couleur de peau plus sombre, vous pensez à du racisme ? Personnellement, non. Le net s’est enflammé, alors qu’il est écrit plusieurs fois dans le roman que toutes les couleurs de peau ou presque sont représentées dans les deux nations, mais personne ne l’a mentionné. Simple exemple qui m’a fait halluciner : une blogueuse montre qu’il y a du racisme en prenant comme exemple le langage. Celui du peuple Thuvhé (peau plus claire) est décrit comme beau, avec de jolis sons ; tandis que celui des Shotet (peau plus sombre) est décrit comme guttural… Apparemment, ce serait du racisme. Alors oui, certaines phrases peuvent surprendre quand elles sont hors contexte, mais dans le livre elles n’expriment en aucun cas du racisme.

Pour revenir dans le plus positif, j’ai beaucoup apprécié Cyra : son pouvoir est impressionnant, et c’est le personnage qui a l’évolution la plus intéressante. Elle passe d’une fille faible à une fille très forte, et d’une façon plus ou moins admirable… Akos quant à lui a été un peu plus compliqué à comprendre, mais j’ai fini par m’attacher à lui quand il entre en contact avec Cyra : sa véritable personnalité éclate, et ne le rend que meilleur ! Aussi, l’écriture est super addictive et très agréable à lire, ce qui rend ce roman impossible à lâcher !

Mais le roman possède aussi quelques défauts, le plus grand étant la non-utilisation de l’espace. Je m’explique. L’histoire aurait pu se passer n’importe où que ça n’aurait rien changé : l’espace n’est pas vraiment mis en valeur (j’ai souvent oublié que ça s’y passait, d’ailleurs…), et c’est bien dommage car développer cet aspect du récit aurait pu apporter un gros plus ! Aussi, j’ai eu du mal à voir où l’auteur voulait en venir pour son histoire au début, le fil conducteur est assez subtil et on nous donne beaucoup d’infos dans les premières pages : heureusement, ce sentiment s’oublie au fil des pages. Quant à la fin, j’ai appris que c’est une duologie, donc je peux comprendre qu’elle soit ainsi…même si c’est frustrant (mais je vous laisse découvrir ça).

En bref, une lecture très agréable, j’attends la suite avec impatience !

Publicités

25 réflexions sur “Marquer les ombres

  1. J’avais lu le résumé sur le site de l’éditeur, et ça ne me tentait pas, ça semblait d’être du vu et revu, mais en fait ton retour est plutôt encourageant.
    Je ne l’ajoute pas pour l’instant à ma liste d’envies, je vais attendre le second tome pour savoir si l’essai est transformé 😉

    Aimé par 1 personne

  2. je comprends que ce soit vu comme du racisme… que ce soit roman ou films, le peuple des barbares représente toujours les étrangers, le monde arabe ou bien les noirs… c’est une réalité. Les gentils sont les blancs et les sauvages les plus foncés. Malgré tout j’ai envie de lire ce livre qui est dans ma wish list 🙂

    J'aime

  3. Maintenant que j’ai fini ma lecture et écrit ma chronique, je peux enfin lire la tienne en entier.
    Je suis d’accord avec toi sur l’ensemble de ce que tu penses du livre. Son défaut (que tu traduis par une non-utilisation de l’espace et qui rejoint mon avis sur le manque d’action) est évident, mais tout le reste n’est que du positif et rattrape très bien ce défaut.
    Sinon, j’espère bien que certains ne se focaliseront pas sur les polémiques car entre l’univers avec les valeurs des deux peuples et les personnages très très attachants et développés, c’est vraiment un bon livre.

    Aimé par 1 personne

    1. Je suis super contente que tu aies aimé !! Surtout vu les avis négatifs qui arrivent, je me suis demandé si j’étais la seule…
      Parfaitement d’accord avec toi, j’ai hâte de voir ce que l’auteur va nous faire pour le tome deux ! 😀

      J'aime

  4. Alors là j’en tombe des nues, je ne savais pas qu’il y avait eu une polémique sur ce roman ! (Bonjour je m’appelle E.T et je débarque ^^). comme tu dis je ne suis pas sûre que les personnes ayant fait cette critique ait lu le livre parce que j’étais à des millions d’années de voir du racisme là-dedans et pourtant je considère que je ne suis pas plus nunuche qu’une autre. C’est vraiment un bon roman et j’ai passé un très bon moment avec lui, dans un sens je le trouve même plus approfondi que Divergente car ses deux personnages principaux tiennent totalement la route, leur relation également, ils font moins superficiels que Tris et Quatre. Je suis vraiment soufflée par cette polémique, je ne l’avais pas vue venir celle-là ^^

    Aimé par 1 personne

    1. La polémique est partie d’une chronique un peu virulente, y avait effectivement des éléments qui devenaient bizarres hors-contexte donc je peux comprendre… mais ça a pris une drôle d’ampleur alors que dans le livre y a rien de raciste :/
      J’ai bien aimé aussi, on sent que l’auteure est beaucoup plus mature avec ses personnages (c’est ce qui m’avait gênée dans Divergente), hâte d’avoir la suite du coup 😏

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s