The Rain

couv59713157

 

Maman, je respire encore.

Virginia Bergin, publié en 2017. 385 pages, science-fiction.

La note 

4/5

La critique 

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Bayard pour leur confiance ! Il faut savoir que j’avais ce roman dans le collimateur depuis un moment, autant te dire que j’étais impatiente de le lire quand je l’ai reçu. Et je n’ai pas été déçue ! Pour ceux qui ne connaissent pas, le résumé est par là.

Difficile de lâcher un bouquin pareil, et ce dès les premières lignes : l’histoire de la pluie est très bien introduite (et il n’y a pas cinquante chapitres « d’avant », ça change !), et je me suis très rapidement prise au jeu de la survie avec Ruby, ce qui fait que je suis très vite rentrée dans le récit. Surtout, j’ai réalisé qu’à la place de Ruby j’aurais été incapable de faire quoi que ce soit, ou du moins pas aussi bien qu’elle… Est-ce que je serais restée enfermée chez moi, ou j’aurais plutôt parcouru la ville ? Là, j’aurais tendance à choisir la deuxième option, mais en condition réelle je pense que j’aurais juste fini en PLS sous mon lit avec du chocolat. Et les fenêtres fermées. Les portes aussi d’ailleurs.

En parlant de Ruby, la protagoniste, elle est pour moi le seul point négatif du récit. C’est un personnage qui m’a souvent paru un peu à côté de la plaque : s’inquiéter de son maquillage et de sa tenue quand tout le monde meurt autour de toi, j’ai trouvé ça légèrement bizarre. Je me suis même demandée comment elle avait fait pour rester en vie aussi longtemps, avec un comportement pareil… coup de chance ou véritable miracle ? C’est plutôt dommage parce qu’elle semblait vraiment géniale au tout début, un peu perdue mais assez débrouillarde, mais elle m’a globalement déçue même s’il y a du bon : elle n’est pas considérée comme l’élue qui va régler tous les problèmes du monde (du moins dans ce tome), au contraire elle est montrée comme un « boulet », un humain normal dans ces conditions en fait.

En plus de ça, l’écriture/traduction sont ultra addictives et sont très adaptées au genre du roman : l’auteure ne lésine pas sur les descriptions sanglantes (et j’adore ça miam miam), et il y a finalement pas mal d’action et de rebondissements.

Bref, j’ai juste une envie : connaître la suite !!

Publicités

9 réflexions sur “The Rain

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s